Actualité > Nouveau recul du gouvernement sur le nucléaire !

Nouveau recul du gouvernement sur le nucléaire !

Après le renouvellement de l’autorisation pour le glyphosate, après le silence sur l’exploitation minière en Guyane, après le soutien de l’EPR pour l’Angleterre, après le maintien du centre des déchets nucléaires de Bure, après le report à 2022 de la fermeture de Fessenheim (promis dans l’engagement N°41 du programme de Hollande en 2012… dix ans de gagnés pour une centrale vétuste et dangereuse, et sans garantie pour la suite !), après les reculs successifs, voilà Nicolas Hulot qui vient de déclarer que la réduction à 50% de la part du nucléaire pour 2025 n’était pas « réaliste »…

L’idiot utile du gouvernement (néanmoins N°2 et ministre d’Etat) vient donc de montrer de quoi il est capable : un réformiste soumis aux exigences du capitalisme, et donc aux lobbies productivistes et pronucléaires de notre pays. En fait, il est parfaitement à sa place dans ce gouvernement.
Etonnamment, les réactions sont plutôt mesurées et gentilles à son égard, mis à part du côté des écologistes radicaux qui sont bien énervés, on les comprend et on partage. « Le pauvre, il fait ce qu’il peut », « l’important c’est qu’il soit là pour peser dans le bon sens » etc.

Aujourd’hui, comme avant d’ailleurs, c’est le capitalisme, la guerre économique mondialisée, les profits des monopoles internationaux qui fixent les règles du jeu, Macron et Hulot en sont les serviteurs et les représentants. Pas question de prendre des risques face à la concurrence, pas question de modifier le mode de production sans garantir de nouveaux profits dans de nouveaux domaines ! C’est tout un système face à nous, qui continue à nous empoisonner de tous les toxiques chimiques, qui laisse filer le réchauffement climatique, qui continue à jouer avec le feu avec le nucléaire…
Le capitalisme c’est la catastrophe générale, la catastrophe au travail, la catastrophe pour l’environnement, le capitalisme détruit nos vies et la planète, le capitalisme c’est le gaspillage et la destruction !

Le nucléaire, c’est le pillage de l’uranium du Niger, les services spéciaux au Sahel pour protéger la production avant tout ; c’est des risques naturels et humains comme à Tchernobyl ou Fukushima ; c’est l’armement nucléaire de l’impérialisme français ; c’est une gestion hypercentralisée et policière d’un réseau électrique démesuré avec tous les gaspillages qui accompagnent ; ce sont des déchets dont on ne sait pas quoi faire, pour des millénaires. Et surtout ce sont des méga super profits pour les monopoles du BTP et de l’énergie – en attendant la catastrophe financière du démantèlement…
Le nucléaire, c’est l’image de l’impérialisme français. Il ne suffira pas de changer des hommes et des dirigeants. Ce qu’il faut contester, c’est toute une logique productive façonnée par le développement capitaliste depuis des décennies.

Nous sommes anti-nucléaires parce que nous sommes anticapitalistes ! Fermeture immédiate de la centrale de Fessenheim, de l’EPR de Dieppe, arrêt de l’enfouissement des déchets, arrêt immédiat du programme militaire nucléaire, arrêt des opérations extérieures – troupes françaises hors d’Afrique !, arrêt général du nucléaire.
Utopique ? Certainement moins que d’imaginer un futur tranquille avec le programme en cours…
Il nous faut une révolution anticapitaliste pour changer les règles du jeu, organisons-nous pour avancer vers cette perspective !

Le capitalisme détruit nos vies et la planète, détruisons le !

OCML Voie Prolétarienne, le 16 Novembre 2017

Soutenir par un don