Actualité > L’OCML-VP à Nancy le week-end dernier contre le projet de méga-poubelle (...)

L’OCML-VP à Nancy le week-end dernier contre le projet de méga-poubelle nucléaire à Bure

Près de 3000 personnes se sont rassemblées à Nancy ce samedi en soutien à la lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure dans la Meuse, et les militants de l’OCML-VP étaient présents (voir le tract à ce propos).
Des manifestant.es venus des 4 coins de France, des écologistes radicaux qui ont défilé au cri de « résistance et sabotage ! » contre Cigeo et son monde, la méga poubelle des pires déchets radioactifs. Une manifestation contre le nucléaire pour alerter la population des risques que fera peser la radioactivité bien au-delà de Bure pendant des milliers d’années ; mais aussi contre toutes les pollutions, quelques jours après l’incendie de l’usine chimique Lubrizol à Rouen, classée Seveso, qui pollue toute la région.

Sur le site de Bure, l’Etat et la filière électronucléaire sont à l’œuvre pour imposer coûte que coûte leur projet mortifère : rondes de police, interpellation de militants, procédures pour « rébellion », des procès en cascade qui débouchent sur des interdictions de territoires et jusqu’à de la prison ferme.

Le lendemain avait lieu un débat sur la sous-traitance dans le nucléaire avec l’association Ma Zone Contrôlée. On y apprend qu’il y a dans le nucléaire 60 000 agents statutaires mais 160 000 sous-traitants dont 15 à 20% de femmes. Que 28% des travailleur.ses ont des contaminations internes. Qu’il y a des luttes autour d’une convention collective efficace pour tous. Que le chauvinisme et le corporatisme sont puissants dans ce milieu (voir le blog Où va la CGT pour plus d’informations).

Le débat a également abordé la question de comment lier les luttes antinucléaires aux luttes des travailleur.ses du secteur, comment lutter contre la répression et aussi contre la résignation malgré la détermination des militant.es à l’intérieur du nucléaire et la détermination de celles et ceux qui luttent de l’extérieur.

Le nucléaire, c’est un des piliers de l’impérialisme français qui occasionne des guerres en Afrique et des destructions d’écosystèmes. L’enfouissement des déchets à Bure ne répond qu’aux intérêts capitalistes de la filière électronucléaire confrontée à la gestion des déchets qu’elle produit ; pour les populations c’est être soumis à des risques de contaminations incontrôlés.

Contre Cigeo et son monde, résistance et sabotage !

Soutenir par un don