Actualité > A bas l’oppression coloniale en Kanaky !

A bas l’oppression coloniale en Kanaky !

Stop à la mainmise des Multinationales sur les richesses naturelles du pays !

Ces derniers jours, des affrontements fréquents ont eu lieu en Kanaky (Nouvelle-Calédonie) entre les forces de l’ordre coloniales française et des Kanaks. Ils s’opposent à la vente de l’usine de nickel de Vale à une multinationale étrangère sans que les Kanaks n’aient eu leur mot à dire. Il s’est constitué un front de résistance large pour la réappropriation des richesses du sol kanak spoliées depuis les débuts de la colonisation du pays, mais sous direction de bourgeois et des partis politiques kanaks du FLNKS (Front de libération national kanak socialiste) surtout avides de récupérer les miettes du gâteau à leur seul profit.

Sans oublier que la production de nickel génère une pollution importante qui menace la santé de la population et l’environnement. Ce contrôle des matières premières (directement exportées sans être transformées sur place) par les multinationales est un moyen de maintenir la Kanaky dans un statut économique de colonie, entraînant un sous-développement économique de l’île en cas d’indépendance.

La police coloniale Française a réprimé les Kanaks en faisant notamment usage de tirs à balles réelles, et les colons Français sur place n’ont pas hésité à former des milices armées pour réprimer les manifestations des kanaks, comme au temps des massacres de Sétif et Guelma en Algérie. Alors que le référendum du 4 octobre 2020 a montré une progression du sentiment indépendantiste (et ce alors qu’il s’agissait d’un scrutin d’autodétermination pipé car les colons avaient aussi le droit de vote) l’Etat Français entretient la violence policière coloniale décomplexée.

L’OCML-VP apporte son soutien aux Kanaks qui luttent contre le pouvoir colonial français et contre des colons réactionnaires.

Nous apportons tout notre soutien au Peuple Kanak et aux militants qui luttent pour que la Kanaky soit indépendante, ainsi que maître de ses richesses naturelles et de son environnement. Néanmoins, il ne suffira pas de déclarer l’indépendance formelle du pays. Il faudra réellement imposer un contrôle des moyens de production par et pour le peuple kanak, contre les intérêts particuliers des bourgeois Kanaks et en rompant avec la soumission aux capitalismes impérialistes Français, Américain ou Chinois. Mais il faudra également abattre le vieil appareil d’Etat colonial qu’il est illusoire de vouloir transformer de l’intérieur.

Soutenir par un don