Vous êtes dans la rubrique > Approfondir > Economique ou militaire, Hollande/Valls c’est la guerre contre les (...)

Economique ou militaire, Hollande/Valls c’est la guerre contre les travailleurs et les peuples !

Editorial de Partisan N°278 - Novembre 2014

Mesures après mesures, attaques après attaques, le gouvernement PS met en musique ce que nous combattons au quotidien dans les boîtes, dans les ateliers, à l’école ou à l’hôpital.
Hollande/Valls après Sarkozy, c’est la continuation des politiques anti-ouvrières censées résoudre la crise. En vain.
La réforme des retraites (avant la prochaine…), l’ANI, le pacte de responsabilité, la nouvelle convention d’assurance chômage, les milliards au patronat, et aujourd’hui les économies sur le dos de la sécu. Rien n’y fait.
Les vagues de restructurations se poursuivent, dans l’automobile comme ailleurs, les ouvriers se retrouvent au chômage et dans la misère après les fermetures, il y a peu ou pas de reclassement.
Hollande et son gouvernement PS abandonnent définitivement une image de gauche usurpée et s’attaquent toujours plus durement aux travailleurs.
Attaques à tout va. Contre les chômeurs, accusés de ne pas vraiment chercher de travail et d’être trop indemnisés. Contre les Sans-Papiers, avec la mise en cause de la carte de résidence de 10 ans, le durcissement des conditions de renouvellement des cartes de 1 an et les expulsions qui reprennent de plus belle.
Et ça s’accélère, ils veulent aller encore plus loin dans la flexibilité du marché du travail et parlent de raboter le montant et la durée d’indemnisation du chômage.
D’autres imaginent pouvoir résoudre la crise en répartissant différemment les richesses, en augmentant les salaires et en prenant sur les profits. Ils rêvent d’un capitalisme débarrassé de ses excès, sans finance prédatrice, un capitalisme à visage humain.
Mais à l’heure de la mondialisation, les capitaux n’ont pas de frontières, ils trouvent à s’investir là où les conditions sont les plus favorables : aujourd’hui, Renault investit dans son usine de Tanger au Maroc plutôt que dans celle de Pitesti en Roumanie où les salaires sont deux fois plus élevés, pour augmenter la production des Dacia et marquer des points face à ses concurrents.
La crise, ce n’est pas une question de mauvaise répartition des richesses pas plus qu’une affaire de méchants patrons. La crise, c’est une affaire de règles économiques qui s’imposent à tous, de concurrence féroce entre monopoles industriels, de guerre économique mondialisée. Et dans cette guerre, c’est nous les prolétaires qui sommes envoyés en première ligne et servons de chair à canon. C’est ça la crise, la guerre du capital contre le travail !

&nbs;

Et ça ne fait que s’aggraver, car Hollande-Valls ajoutent la guerre militaire à la guerre économique. Ils nous terrorisent avec les exécutions de l’Etat Islamique (EIL), avec les « terroristes » supposés partout, avec des mesures d’exception, et avec la complicité des médias, ils veulent nous écraser par la peur, en profiter pour faire passer de nouvelles vagues de mesures anti-ouvrières sans que nous bronchions.
Ils prennent prétexte de combattre les milices djihadistes de l’Etat Islamique pour intervenir en Irak ; mais ils ont été complices de l’armée sioniste qui a bombardé les civils à Gaza cet été, tout comme ils ont couvert l’assassinat à Paris le 09 janvier 2013 de trois militantes kurdes du PKK par l’Etat réactionnaire turc.

&nbs;

L’impérialisme français perd des parts de marché dans la compétition mondiale, les délocalisations, les fermetures continuent dans tous les secteurs.
Alors, Hollande-Valls font comme Sarkozy, Chirac et d’autres avant eux : ils jouent la carte militaire, où la France impérialiste est bien placée, ils interviennent partout, en Irak aujourd’hui, après l’Afghanistan, la Lybie, le Mali et bien d’autres. Ils envoient les Rafale en Irak, les missiles de Thalès sur Gaza, ils construisent les Mistral à Saint-Nazaire à la fois pour relancer les ventes dans le secteur de l’armement et pour conserver leur place de grande puissance.
Développons la solidarité internationale entre exploités et opprimés ; boycottons l’Etat sioniste assassin, suivons l’exemple des camarades de la CGT d’Alstom qui se battent pour que leur entreprise cesse toute collaboration économique avec Israël et renonce à lui fournir les rames d’un tramway destiné à relier entre elles des colonies sionistes et à contribuer de poursuivre la colonisation de la Palestine.
Participons à toutes les campagnes de boycott, comme celle contre l’installation de l’entreprise sioniste Agrexco à Sète.
N’hésitons pas à participer à toutes les initiatives humanitaires (collectes, etc.) en soutien aux structures palestiniennes, dans la mesure où il s’agit de projets laïcs et progressistes !
Manifestons ici aux côtés des Kurdes pour dénoncer les impérialistes et pour soutenir le combat là-bas contre les exactions des milices de l’EIL et les violences de l’Etat Turc.
Soutenons les forces palestiniennes dans leur lutte de libération contre la domination sioniste ! Soutenons les forces laïques et progressistes comme les forces kurdes qui combattent l’EIL en Syrie ou en Irak !

&nbs;

C’est la guerre du capital, économique et militaire, contre les travailleurs et contre les peuples.
Prolétaires exploités en France, peuples dominés du Moyen-Orient, notre ennemi est commun, l’impérialisme à deux facettes, qui défend ses intérêts capitalistes ici et qui défend ses intérêts géostratégiques là-bas.
A la guerre du capital, répondons par la guerre de classe, par la solidarité internationale, par le combat coordonné contre l’exploitation ici et contre la domination impérialiste là-bas !

Travailler tous, moins et autrement
Régularisation de tous les sans-papiers !
Retrait de toutes les troupes françaises à l’étranger
Soutien aux peuples dominés d’Irak, de Syrie et au peuple Palestinien dans leur lutte de libération !
Libération de tous les prisonniers politiques –exigeons la libération de Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste de la cause Palestinienne, emprisonné par la France depuis 1984 !

Soutenir par un don