Approfondir > Partisan Magazine N°3 est sorti !

Partisan Magazine N°3 est sorti !

Editorial

Le capitalisme peut détruire la planète. C’est une peur qu’on peut légitimement éprouver en les voyant préparer cette immense grand messe écologique pour fin novembre au Bourget. COP 21, c’est donc la vingt-et-unième « conference of parties », et les vingt conférences précédentes n’ont pas empêché les gaz à effet de serre de continuer à augmenter. Une classe dominante, écrivait Marx (dans l’Idéologie allemande, ch. 1er) « est obligée, ne fût-ce que pour parvenir à ses fins, de représenter son intérêt comme l’intérêt commun de tous les membres de la société. » D’où ce décalage permanent entre les actes et les paroles, cette sorte d’hypocrisie congénitale de la classe bourgeoise. Les sanglots écologistes d’Obama vont de pair avec son autorisation des gaz de schiste et de l’exploration pétrolière en Arctique. On se souvient de Chirac au Sommet de la Terre à Johannesburg en 2002 : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. » Il ajoutait aussitôt : « La terre et l’humanité sont en péril, et nous en sommes tous responsables. »

Le capitalisme peut détruire la planète, mais il la détruit déjà chaque jour de plus en plus. Il développe la production « en ruinant dans le même temps les sources vives de toute richesse : la terre et le travailleur » (Marx, Le Capital, livre 1). La recherche de la croissance... des profits, par le pillage et l’exploitation, dans la concurrence et la guerre. Une guerre, d’abord économique, qui a des « dommages collatéraux » écologiques (des « externalités » pour les économistes) ; qui prend de temps à autre la forme militaire, mais n’en fait pas moins chaque jour des victimes, plus nombreuses parmi les soldats que parmi les généraux. Or toute guerre suppose et développe le racisme. Elle peut aussi provoquer des révolutions...

Ne voyez-vous pas le racisme se développer, ce qui lui permet de prendre des formes nouvelles. Aussi incroyable que cela puisse paraître, les attentats sont une aubaine pour notre classe dirigeante et son Etat. Comme il était bénéfique, pour leur popularité et leur autorité, de pouvoir déclarer, après Charlie Hebdo et l’Hypercasher : « Nous sommes en guerre ». Un acte terroriste permet d’alimenter la « machine à diviser ceux qui devraient être unis et à unir ceux qui devraient être divisés ». Cette expression a été souvent utilisée ces derniers mois, et nous la reprenons aussi à VP. Elle correspond exactement, vu du côté de la bourgeoisie, à ce mot d’ordre central de Lénine pour le prolétariat : « transformer la guerre impérialiste en guerre civile révolutionnaire ». Lutter contre « l’union nationale » et développer l’indépendance politique de notre classe. Rejeter « l’entreprise », « la France », et nous organiser. Notre guerre est l’exacte contraire de la leur.
L’anti-racisme n’est donc pas juste pour nous une question tactique, morale, démocratique, mais une dimension stratégique essentielle.

Voyez aussi comment les chiens de garde médiatiques de nos dominants ont quasiment développé un racisme anti-grec. Pendant que le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble, proposait que les 50 milliards de privatisations exigés de l’Etat grec soient transférés au Luxembourg, pour optimisation fiscale, et gérés par la banque KfW, la Caisise des Dépôts allemande, présidée... par lui-même, nos médias « neutres » et « démocratiques » nous parlaient de Tsipras « l’irresponsable » et des travailleurs grecs fraudeurs, privilégiés, feignants, peut-être pas dignes de faire partie de la zone euro. On a failli les classer avec les Rroms, les clandestins et les musulmans !

Que faire ? La haine du capitalisme se développe, sans perspective alternative. La voie réformiste s’avère une impasse, sans autre itinéraire en vue. La responsabilité des communistes est immense, mais l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes. Et de même qu’en se sauvant, le prolétariat sauve toute l’humanité, il sauvera la planète.

Partisan Magazine se veut, bien sûr, un lieu de construction d’une conscience et d’une organisation communistes. Mais, c’est un lieu ouvert. Et un outil que l’on peut prêter, recommander autour de soi !
D’autre part, ce n’est qu’un outil idéologique et politique. Manquent le travail collectif du quotidien, pour ça il suffit d’aller à notre rencontre...

Sommaire

8 choses à savoir sur la COP21

La décroissance : une alternative ?

Il y a 10 ans, les révoltes dans les quartiers populaires

Dossier
Racisme, marxisme et révolution

- Notre antiracisme est de classe et révolutionnaire
- Racisme, islamophobie : politique et manipulations de la bourgeoisie
- Même patron, même combat ?
- Unité et/ou autonomie ? L‘expérience du mouvement communiste
- Que penser du Parti des Indigènes de la République ?
- Marxisme et religion
- Fermer les frontière : une illusion !
- L’Union Européenne, la France et la libre circulation

Culture
Lire et regarder

Notes de lectures de livres et film.

 


A acheter au prix de 4€ à nos militantEs ou en envoyant un chèque de 6€50 (frais de port compris) à l’ordre de l’OCML VP (en indiquant le nom et l’adresse du bénéficiaire) à :
OCML VP * BP 122 * 93403 Saint-Ouen.
Il est aussi disponible dans certaines librairies, voir ICI.

Abonnez-vous !

Partisan magazine est la nouvelle publication de l’OCML Voie Prolétarienne. Son objectif ? Donner des outils de compréhension politique et théorique pour toutes les personnes qui luttent au quotidien contre ce système qui broie nos vies et ne nous offre aucun avenir autre que la misère et la guerre.
Le meilleur moyen de nous soutenir et de soutenir ce magazine est de vous abonner. Voir ICI.

Soutenir par un don